Fragments d’une conférence biologico-incertaine [digression sur Eco]

« […] tendent à démontrer que le démonchydre à cendres purulentes n’est pas adapté à un usage ménager et doit exclusivement être reclus à la zone 67, sous peine de difficultés subséquentes et relatives à la survie du démonchydre à croute semi-cuite au sein de la zone susnommée. Nous tenions aussi à rappeler aux intervenants que les analyses prébiologique sur les fragments de tentacules de démonchydre fossilisé (34, 34;2) et retrouvé dans la zone sublobaire et infralombraire de l’île de Zélos n’ont pour l’instant rien données de concluant et que l’équipe se joint à la communauté scientifique pour avancer pour l’instant la partielle conclusion que les tentacules n’ont aucun intérêt énergétique révélée et que les bruits courants autour des travaux de Monsieur de Ligeois sur un éventuel moteur à tentacule ne sont, selon nous, que de pures inventions et mythes aucunement soumis à l’éthique de vérification et de falsification qui fait la grandeur de notre Institution (…) »

« […] sinusoïdos au niveau de la sixième articulation du troisième coude. Cette observation nous incline à penser que l’évolution macrobiologique observée ces quinze dernières années sur les spécimens d’asticots bicapilaires de laboratoire n’était qu’une réaction résiduelle, bien que significative en l’état, d’une réaction d’éructation vengeresse de l’animal. Nous sommes donc en mesure d’affirmer, avec une marge extrêmement faible et qui fait l’honneur et la modestie de notre Institution, aux membres de cette assemblée, que ce qui semblait être les signes précurseur d’une catastrophe sismique mondiale n’était finalement dû qu’à certain mauvais réglages dans l’économie de la captivité des asticots (…) »

« […] turbulences non significatives, comme nous l’avions pressenti et qui est maintenant confirmé. (…) »

« […] à cornes. La contrebande pose toutefois de large problème dans la partie orientale de cette frange du désert de Gobie et nous devons faire part de quelques difficultés pratiques dans la récolte des phalystères pourpres, en raison des attaques incessantes des tribus nomades de la cordillère, ces dernières estimant nos installations comme non-conforme à la charte internationale du nomadisme – une demi-douzaine de phalystères monumentaux de treize tonnes, récoltés et stockés par nos soins, bloquant soi-disant le seul passage de la cordillère permettant d’accéder aux pré des sanges occidentaux (…) »

« […] croyons que les colonies d’argusie ne suffisent plus à pérenniser, par pollénisation, les hatantes bleus. (…) »

« […] embrocytose maniculotroublée a malheureusement décimée deux tiers de ce qui restait alors de la population mondiale d’humain à tranches hautes (…) »

« […] « tristes parties que celle qui, contemplant le ciel, oublie de regarder la face triscalaire qui en elle repose », c’est avec ces mots d’Aimé Langer que je voulais achever cette trop brève conclusion à notre réunion biannuelle. Je vous invite maintenant à vous diriger vers la salle 498 où vous trouverez quelques biscuits et de magnifiques tranches de bivalves. Merci encore. (…) »

Cet article a été publié dans Délirium. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s