Archives mensuelles : janvier 2013

Epidémie #1

Souviens-toi de l’homme qui ne bougeait pas. Il y avait la ville, écrasée de plomb et de lumière, étouffée de bacilles et de miasmes et il était là, sur la place, à côté de la fontaine. Aucune eau ne coulait … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Fragments d’une conférence biologico-incertaine [digression sur Eco]

« […] tendent à démontrer que le démonchydre à cendres purulentes n’est pas adapté à un usage ménager et doit exclusivement être reclus à la zone 67, sous peine de difficultés subséquentes et relatives à la survie du démonchydre à croute … Lire la suite

Publié dans Délirium | Laisser un commentaire

1h39 {Lundi} – Pièce en un acte

Un couloir de wagon. À gauche et prenant les deux tiers de la scène un mur derrière lequel, invisible, est l’alignement des compartiments. À droite, et prenant le tiers restant de l’espace, un couloir bordé de fenêtre donnant sur un … Lire la suite

Publié dans Théâtre | Laisser un commentaire

Le symptôme cinématographique

« Le peintre est à l’opérateur de cinéma ce que le chaman est au chirurgien. Le peintre conserve dans son travail une distance normale vis-à-vis de la réalité de son sujet – par contre le cameraman pénètre profondé­ment les tissus de … Lire la suite

Publié dans Article | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

La mort d’Albanide IV – Prologue

Il n’avait fait aucun bruit. Au milieu de ses draps pourpres, c’était à peine si l’on avait entendu le bruit sourd qu’avaient émis ses cervicales en rompant. Il semblait dormir  paisiblement, la tête légèrement vrillée, un sourire aux lèvres. Le … Lire la suite

Publié dans Projet | Laisser un commentaire

Lettre d’avant septembre – Hervé Hément

« A, Répétées, les ruines lancent sur le ciel d’absurdes pointes de guerre. La ville, hier, fut frappée en plein effondrement ; de graves visages de terre bleuissaient dans la nuit, ouvraient dans les artères le blanc de feux d’aigreurs. Je … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Monologue – Scène unique

Un homme, seul, parle. On ne distingue rien d’autre que son propre corps et deux ombres indistinctes sur le bord de la scène. Il est habillé d’un costume noir, très élégant et semble légèrement ennuyé. Durant l’ensemble de la scène … Lire la suite

Publié dans Théâtre | Laisser un commentaire