Archives mensuelles : février 2013

John Ford – L’intimité du réel et le foyer lumineux dans les Raisins de la colère

L’image de cinéma est peut-être ce qui résiste le mieux à la figuration du refuge. L’insoutenable élan de l’image cinématographique semble rompre radicalement avec l’idée d’asile. Il ne peut être dit qu’elle est inviolable, qu’elle est un recours, qu’elle est … Lire la suite

Publié dans Article | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Vague #2

[Vague #1] Pierre Kirilinov était un mensonge et c’est pourquoi il a été nécessaire de l’assassiner. Comprenez bien, toutefois, que lorsque je parle ici d’assassinat, il me faut tromper quelque chose, écrire une fable. Néanmoins, et puisqu’il ne nous est … Lire la suite

Publié dans Projet, Prose | 2 commentaires

Insomnie #3

Marche. Laisse tomber le temps. Morcelle de tes pas l’étrangeté des heures. Le moment vient où il faudra rendre le sommeil possible : pour l’instant, tu te débats dans une veille éclatée. Marche. Continue l’exécution des ombres. Je sais combien les … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Le Procès [postifloration et autres procédures]

Le Juge : Auriez-vous l’obligeance, greffier, de me renseigner sur la présente affaire : nous n’avons ni toute la nuit ni tout le jour pour traiter des différents contentieux qui requièrent notre présence ici aujourd’hui et je ne voudrais perdre un temps … Lire la suite

Publié dans Délirium, Théâtre | Laisser un commentaire

Insomnie #2

Bientôt trois heures. Nuit furieuse posée sur la rue. Il te faut dormir avec son visage, étoilé et tendu partout autour de toi. Veille éclatée, étouffée d’angoisse et de spectres. Tu peuples encore ta nuit de choses qui n’existent pas, … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Billet d’ennui – Acte I

Là Elle : Bonjour. Lui : Bonjour. Elle : Vous allez bien ? Lui : Je vais bien [après un temps] et vous ? Elle [hésitante] : J’essaie. Lui : C’est déjà ça… Elle : Je me le dis chaque … Lire la suite

Publié dans Délirium, Théâtre | Laisser un commentaire

Fragment #2

(…) Alimgourz bleuissait à une certaine heure du jour ; entre midi et une heure. Son visage d’ocre-sang était mangé par le ciel et la peur l’habitait. Tout y était net, tout y était seul, tout nous écrasait infiniment sous la … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire