Epidémie #3 [échec]

Les plaintes ont cessées et Cythère est en flamme.

Brume chaude posée sur les surfaces ; couche de fraisil bleu sur les toits et les places. Partout se répand la rumeur du feu. Ce qui était aphone, muet, silencieux, mugit doucement dans l’étouffement des poudres et des cendres qui volent. Ma main, tout à l’heure, est tombée sur la fenêtre et ne s’y décolle plus. La vitre est grise, comme le reste du monde, mais il y fait froid, l’on y gèle joyeusement et, si ce n’est notre front, ce sont nos doigts qui cherchent son contact. Maintenant, cloitrée dans les chambres, j’imagine que des milliers de mains se tendent vers les fenêtres, s’y posent, s’y reposent et y meurent. Des milliers de mains et des visages, de front brûlant où la mort va venir et laisser son empreinte. Ma pièce s’est étouffée, toute seule, alors que mes yeux étaient poussés dehors. Ma pièce est morte avec le grand lit et l’armoire du fond, avec les cadres et la poussière des murs, avec tout ce qui pouvait jusqu’alors me donner des signes de vie. Mais les plaintes ont cessées. Ceux qui poussaient des râles sont ensevelis sous la cendre. Ils font des tas étranges au milieu des ruelles.  Et il ne reste que la rumeur des flocons de bois chaud : des millions d’étincelles valsant dans le grand air et des petits bosquets de flammes crissant au coin des rues. Cythère est ruinée et elle étend au bord de l’eau ses grandes plaies d’ombres-suie. Elle s’effondre, quartier par quartier, lentement. Elle tombe et souffle les visages des morts. Elle brise les artères noircies de la ville, les nuques. Soufflée, elle s’absente alors que, la main sur le visage lisse des façades, le feu s’épuise à combler les plaies de ceux qui ne bougent plus.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s