Insomnie #7

Je vis dans son hiver et le noir venu la lumière cherche à me faire taire enfin ; je répète demain chaque jour, j’attends et hier efface. Il faudrait presque appeler ça vivre : être visible et latent, vibrer avec le soir, se fondre lentement dans le sommeil ou dans son espoir et se poser, finalement, sur le dessus des choses, évidé comme le monde, évidé avec lui, et respirant, craignant toute lumière qui n’est pas déjà faussée par les ombres, ne s’approchant de rien. Je vis dans son hiver, je vis avec l’eau immobile et lassée, je vis là où ne viennent que ceux qui ne peuvent aller nulle part d’autre, au cœur d’étages, de corps poussées sur le bord et qui en font la frontière. La nuit, j’ai devant moi deux grandes façades aveugles de béton et de verre et je cours à la fenêtre pour attendre leur passage ; mais rien ne se passe jamais, c’est de la poussière partout, tombée pendant des heures, couvrant la route de gris et ça ne fait plus rien, pas même de bruit, pas même de quoi soulever des nuages, c’est figé avec l’eau, c’est fondu avec l’ensemble de ce qui devait autrefois constituer le dehors. Il faudrait presque appeler ça vivre, avec une solitude grande à n’en plus faire le tour et avec la seule grisaille des poussières, vivre et dormir, ou faire semblant, rester froid, et dire qu’en cet instant tout doit demeurer net, ne surtout plus bouger, ne rien faire qui puisse se voir ou s’entendre comme une respiration, comme un souffle nouveau, une voix prolongé au-delà du cadavre et volé à la mort, au soleil, à la pierre.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s