Arrière-monde

Arrière-monde

Et ces murs blanc-gris font des totems dans mes alentours, ils ont quelque chose d’hallucinés ; flottant comme des voiles fantômes ou des traces luminescente dans la nuit. Sans fenêtre, sans étoile, sans lune ; mes murs font des toiles d’absence autour, gagne du vide sur l’obscur, cerne mes yeux aveugle de l’idée du néant ; et mes murs donnés comme arrières-mondes à ma vie, à ce petit espace qui est mien, que j’habite, mes murs assemblés d’empreinte de main, de mes mains frôlés plusieurs fois, mes murs disent que je suis passé par là.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s