Fragment #6

on vit trop peu d’aimer
le souvenir
que l’on garde du monde
trop peu de croire
qu’au sommet des collines
nous attendra la mer
trop peu de nommer
ce murmure les autres
de laisser l’horizon manger
toute matière
froisser les villes
entières sur nos vitres
abîmer notre peau
à la nuit ou au jour
trop peu d’aimer
notre mémoire
vide

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s