La Rade

grue-ConvertImage

ici sur le ciel
on lace les grues
aux souvenirs
de la rade et
des éclats épars
de brume
font sonner
la lune
de cors

quelque part
se fond le soir
aux coques
noyées des dunes

comment était sa voix ?
d’où venait-elle alors ?

du ciel ici
on dit adieu aux étoiles
en se soûlant de gris
on mange entière
l’abondante poussière
de la nuit

sais-tu encore le nom
du Jardin des Explorateurs ?
et son odeur sa vie
la façon qu’avait la terre
d’être grouillante
d’ombres noires ?

ici le ciel
est une mâchoire
close sur la pointe
de la géographie
il s’y pose
à l’envers
la ville
rieuse et nue

te souviens-tu
de l’âme-merveille
des lumières du port
du cœur sérieux
de l’île longue
où je m’étais tu ?

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s