Insomnie #9

img_7226

J’attendrai demain pour me souvenir. Il est si tard maintenant que tout a une odeur d’après-coup. Mais là, maintenant, je veux donner le change à la nuit et sourire. Je ferai demain l’inventaire de mes gestes inutiles, parasites, de tout ce qui est en trop dans mon mouvement, dans mon regard ; de tout ce qui n’avait pas lieu d’être et de tout ce qu’il aurait fallu faire. Là, maintenant, je veux l’aube brune et le froid. Continuer à fixer mon regard sur les ombres qui sur mon mur roulent et se déploient. Il est l’heure étrange où rien ne se ressemble plus, où il n’est plus possible que d’être seul. Je veux continuer à creuser la vitre de mes yeux : il s’y passe encore quelque chose je crois. Je veux m’endormir avant de penser, avant d’être rattrapé par mon propre discours, avant d’avoir à écrire quelque chose. L’ivresse ne vaut que d’être oublié.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s