Monologue #7 -La pénombre – L’Ecrivain

paris-20130818-00712

« Tout à la fin des pluies, dans le coin de la place nue, passe toujours quelqu’un, une pénombre, un fantôme dont on ne sait rien et qui fait de la nuit à la lune, qui fait de la nuit au ciel bleu ; et tous, une fois l’ombre passée, la cherche, cette ombre, sans en parler, ne disant rien, se mouvant juste à l’orée des façades, passant en bruissant contre l’épaule des pierres. Ils ne trouveront rien, ils sont eux-mêmes, pour d’autres, une pénombre, une nuit tombée après l’orage. La pluie, crois-moi, ne cesse jamais de tomber et tu ne trouveras jamais de nuage clément ; tu es, toi aussi, une pénombre, toi aussi une nuit et tu ne pourras rien faire pour éclairer ton monde. Tu veux écrire, dis-tu ? Ne cherche pas les fantômes, c’est toi que tu veux trouver. »

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s