Insomnie #12

3_d-_leenaer

soudain le soir imite tout
même la lumière
la façade blanche dehors se
trouve loin
mue
de l’été en hiver
blanc brut de ciel
cru
on est dedans cette nuit comme
pour un jeu
même les visages
masque faux de clartés
nocturnes
nus blêmes à peine couverts
soudain la nuit a déplacée la mer
on fait du néant avec
tout
triche et les morts
vivent autant que toi
tu peux croire être là
où tout doit devenir
écrire le nom que
nous t’avions donné
même les noms
sont dans le noir

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s