Insomnie #14

20170527_224734 (2)

en fait il n’y a pas de choses simples
cela n’existe pas
le ciel les étoiles le son d’une voix aimée
tout ce qui est haï d’être écrit
simplement
cela n’existe pas
en fait le monde
est une périphérie

et poète
toi
tu es centre

rien n’est simple
pour celui qui se tient
là où tu te tiens
très exactement au nombril
d’une géographie
dont tu es l’inventeur
l’arpenteur
et l’égaré

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s