Insomnie #15 – La chambre

20161028_171109 (2)

maintenant je vais dormir

 

habité par une rue où j’ai couru cent fois

derrière ma tête un panthéon ouvrira l’œil clos avant toi

soleil rouge qu’il faudrait faire naître à la place

de tes rêves

 

toute une nuit passera pour m’exercer à l’esquive

le jour vient toujours avec l’idée qu’il faut vivre

mais c’est faux

toute la vie est ramassée

dans les nuits passées

à dormir

 

maintenant je vais dormir

 

l’été aura le goût connu des nuages

de l’orage inondera les feuilles que j’ai laissées

sur le bord des fenêtres

 

des insectes se déposeront en étoile sur le mur

et au matin auront disparus

et j’aimerais toute la nuit t’avoir vu

dans mes rêves

mais cela n’arrivera pas

c’est une idée niaise de poète

qui ne sait pas écrire

 

maintenant je vais dormir

 

la place aura les veines ouvertes d’arbres et de vent

l’échafaudage blanc des voix nocturnes

fera de l’alcool pour mes rêves

où tu ne seras pas

 

nos pensées auront l’ivresse tiède du voyage

bruit de mer ou fleur d’oranger

toute les faussetés qu’il faut dire en amour

 

les étoiles feront des rivets aux étoiles

et nous aurons soudainement perdu le désir d’aimer

 

maintenant je vais dormir

 

la solitude a gagné encore une fois cette nuit

les choses ont rendus l’âme avant d’être peuplées

et tout à dire les choses

et tout à les rêver

l’on dort vite

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s