Insomnie #18

20170527_224547 (3)

en bas de l’ancienne rue – face à la mer, contre les grues -, sous ta peau réelle d’océan, se trouve beaucoup de mots souterrains que nous aurions à nous dire ;

et je suis – saboteur de rade – à la recherche de la langue minière et secrète qu’il faudrait pour les dire ;

je reviens souvent – tous les jours – face aux grues à la nuit ;

je reviens souvent à mon aveu – le vieil aveu ou la tristesse – et j’attends notre effondrement ;

soudain tout a été terminé : la rade avait l’odeur des choses retournées en arrière – à son état de terre ;

en bas de l’ancienne rue – face à la mer.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s