Insomnie #19

20170418_195908 (3)

maintenant est le parjure de la grande nuit

papillons noirs lunes brisant leurs têtes

aux fenêtres des villes

 

maintenant est la tristesse des gardeurs

de nuage

l’enclos ouvert sous les champs bleu de juin

le blé coupé qui fait saigner l’orage

 

il couvait mais il n’est jamais venu

tout le désir tombé tout le désir perdu

pour du songe

 

ce qui te ronge a le goût des mûres tendres

peaux arrachées à toutes celles qui passent

une heure est passée depuis qu’il faut dormir

bientôt l’on trompera l’aube avec minuit

 

infidèle avant d’avoir aimé

seul avant d’avoir quitté

la compagnie des choses

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s