Incomplet #1

20170812_142643 (2)

oh je ne compte plus les silhouettes tsarines violant le territoire de mon âme
des gelures craquèlent l’esprit que Descartes a placé en moi
tout est si froid que j’égarerais presque la carte de moi-même
ainsi l’est rase l’horizon de ma plaine – continent contre continent, ma raison s’écrase sur la raison

pourrais-je encore aimer après l’hiver ?
une neige me plonge dans une nuit sans fin et que j’aime
j’embrasserai mon drame encore une fois si je peux
je comblerai les crevasses de feux éphémères

ainsi finira la vieillesse comme décembre
en cendres éteintes volées étreintes
la myrte centenaire poussera sur tes mains jointes
au fond de notre désert l’âme du nord
résidera en secret

nous verrons notre pays se couvrir d’orées roses
au seuil de notre porte close
et tout prendra l’aspect de choses simples

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s