Lisbonne

20170812_154714 (2)

vivre a le goût des Villes Basses
et tout ce qui se passe
n’est rien

aussi loin qu’est le Tage aussi loin
l’amour lavé à l’eau claire
le vent tombé à terre
et le temps quotidien

nos rues moyennes ont l’odeur des choses niées
vois tout ce qui est et ce qui a été
Lisbonne a peut-être l’aspect de ton rêve

aussi loin qu’est le Tage aussi loin qu’est la mer
là d’où tu viens et où tu dois rester
tout en toi est donné et tout y désert

souvent je te vois
remonter ta mémoire comme on remonte un fleuve
tes yeux sont posés dans la boue

les promesses mon amour n’ont pas de goût
je viendrai bientôt te le dire à l’oreille
nous descendrons le Tage jusqu’au
vagues

heureuses d’être toujours nouvelles

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s