Septembre

20170730_162925 (2)

l’été se termine
le vent est chaud d’aurevoirs à la joie

tous les jardins morts me reviennent en mémoire
l’herbe coupé jaune et le bruit des adieux
le temps passe le temps passe si lent oh les lourdes années

et les pluies qui viennent quand se termine l’été
les fruits qui pourrissent dans les chemins de terre
toute la lumière séchée sur le fil

comme les saisons lassent nos corps à la vieillesse
mon âme pense à ce que ton âme renverse
la rue est déjà froide comme le sera l’hiver

oh les peines lointaines brûlées trop souvent
ce qui pèse passe sitôt qu’on l’enterre
j’oublierai septembre autant que je l’espère

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s