L’autre

20170924_191203 (2)

voilà, me suis-je dit, l’apparition qu’il me faut

d’abord piétiné par un visage – le corps compte peu alors
éclatée par les néons
disparu mille fois revenu mille fois des obscurités

ensuite naît le secret
au fond des boyaux roule une pierre
œil agate topaze tombeau
le très lent fleuve de la parole doit venir mais rien
l’on se confond aux murs gorges couvertes
caché l’on ne dit pas nom
le vent même a le goût de la rumeur

et soudain le corps compte, étrangement
tout est évident et infâme
la pierre devient montagne
et ils savent

bientôt nous jouerons à n’être pas attendu en chemin
l’heure qui passe la rue le ciel et les nuits jetées
tordre le cou au hasard pour en faire de la destinée

enfin, voilà, me dirais-je, l’apparition qu’il me faut
j’aimerai jusqu’à l’à quoi bon

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s