Insomnie #23

20170204_171029 (2)

sortir prendre l’air
l’arracher aux mains des
plus étouffés que soi

avoir l’air en l’ayant volé
la bouche avide
ruine ce qu’elle embrasse

au vide
donner le nom de joie
et à tout ce qui se changera

à tout ce qui se lasse
l’autrefois changé dans le ventre des choses
l’air battu de tendresse

l’ennui métamorphose
l’évidence en choses belles
l’amour en paresse

et ce qu’il nous laisse a le goût
de décembre de ses cendres
et de rien

sors prends l’air vole-le
aime avant d’être seul

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s