5:57

20170815_164130 (2)

vers six heures

un homme
cracheur d’étoiles
fil courant du crâne
jusqu’au ciel
bouge parle fort agite l’air immobile l’air
matinal des gens ivres

il faut rire
mordre à dents pleines les fantômes impossibles
à déloger du ventre

des meutes voguent au bout des rues comme depuis une antre
frappeurs de volets moitiés ouverts par des vieux
qui ne sortent pas dans l’aurore
qui collent leurs oreilles aux façades
tympans sculpté dans le revers des murs
écoutant notant attendant d’en avoir assez vu

aux vitres hautes des Halles une poussière qui n’a l’air
de rien

des voitures garées le long du quai font des pierres tombales
à la mémoire

une femme remonte la rue comme un cri
partout la peur dans le gris de son ombre
l’angoisse fait un bruit mat et sourd
je ne la regarde pas et l’entoure du plus grand vide possible

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s