16 octobre

20170719_153821 (2)

tu voulais l’amour et tu as eu l’orage
le temps a fait naufrage
et l’amour est passé

maintenant le désir mord le flanc de ta pensée
ton œil est crevé par la nuit qui s’achève

foule la clarté des choses belles
n’ouvre par la porte si ta joie est amère

tu somnambules dans les rues comme dans une mer
les oiseaux n’hurlent plus dans le dimanche épais

tu voulais le plaisir et tu as le reproche
ton rêve si proche à la fenêtre
flotte dans des cheveux défaits

à présent ferme l’œilleton que tu gardais ouvert
l’automne est venu et le vert est passé
repeins les murs efface les traces

tu voulais l’amour et tu as eu l’angoisse
ce qu’il reste est de l’espace
où tu t’entends parler

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s