Le seuil

20170712_172515 (2)

je vais frapper à la porte des choses
seuil recouvert de poussière
porte taillée dans une matière
indéfinissable et subtile

personne n’ouvre et je reste ainsi longtemps
dans la cage d’escalier

peut-être que plus personne n’habite ici depuis longtemps
les lieux ont été désertés
la beauté a rendu l’âme au fond de l’appartement
les choses sont sous scellés

d’autres sont venus avant moi peut-être et ont tout dérobé
rien derrière la porte sinon
de longs couloirs aveugles
des pièces où la seule chose qui n’a pas été dérangée
c’est l’oubli

la porte est fermée impossible d’entrer sans rien dire
peut-être ne suis-je pas le bienvenu
haï des choses même

quelqu’un frappe de l’autre côté et m’appelle
nous sommes comme deux vides qui s’attendent

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s