Insomnie #28

20170710_220813 (2)

tu n’as rien à faire de ton envie de courir
tu n’as rien à faire de ton désir de jeunesse

ton corps porte des sous-bois des paresses
des bassesses dont tu ne te défais pas

tu n’as rien à faire de ton désir de vivre
tu n’as rien à faire de ce qui est possible

tes bras caressent des choses invisibles
et de la neige écorche tes doigts

tu n’as rien à faire de ton instinct de fuite
tu n’as rien à faire de ce que tu as pensé

ta conscience nouvelle a grandi a triché
tu raisonnes et tu brûles des forêts

tu n’as rien à faire de ta mémoire ancienne
tu n’as rien à faire des choses dites

ta tête cloisonnée cache les traces maudites
d’un crime dont tu portes le secret

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s