La place

20180202_092455 (3)

il me faut laver mes murs ma langue
à l’eau fraiche tout est recouvert
de mon désir de vivre

des soirs souvent je rentre ivre
passe la porte le couloir obscur
la blancheur le matin le silence
et mon appétit est immense
mais je ne retrouve rien

tout comme si je ne
pouvais rien dire
rien faire comme si
il ne m’était offert
aucune place

je veux laver ma langue à l’eau claire
mon lit n’est rien qu’un creux
où je me suis renversé
depuis lequel je déplace
mille choses qui ne signifient rien

comment vivre attaché par son rêve ?
tout espérer tout boire ne rien faire
penser seulement jusqu’à croire
avoir tout vu avant même de le voir
avoir vécu avant d’avoir été
comme si tout avait été lavé
blanchi jusqu’à se rendre immobile
comment vivre ? toutes les nuits
j’attends un été qui ne viendra pas
mon souvenir est plus fort que moi
et c’est tout

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s