Europe

20180607_023721 (3)

la folie d’Europe a quartier dans tes doigts
l’autrefois agite ses bras tendus vers moi
opales lanternes jetées en l’air

obscurité brisée sur le brisant des mers
cent langues furent coupées d’avoir soufflées « tais-toi »
l’impossible a le goût blanc du fer

comme je l’entends depuis mon dos tourné
l’océan glisse en moi toute sa main fermée
poing clos sur le mystère des dieux

mon angoisse flotte de la mer à la côte
la lune sable ses adieux à la terre
l’alors ruisselle de la plage aux enfers

mon rêve d’Europe est un rêve nocturne
je prierai longtemps je fermerai les yeux
ma bouche sera ouverte au milieu des adieux

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s