Insomnie #32

20180902_213958 (2).jpg

J’ai de mauvaises traductions brodées à même l’œil, à la rétine et tout autour des yeux ; de la mauvaise parole au-dessus de mon épaule et j’y pense en dormant. Oui, j’y pense mille fois par nuits avec d’absurdes rêves et, avant la nuit, je pense à devoir dire tant de choses, mais ce n’est pas le moment. De la cendre passe de la fenêtre à moi, mais ce n’est pas une image qui brûle, seulement le voisin qui a froid. J’ai dû dire parfois deux ou trois tendresses secrètes qui ne furent pas reconnues parce qu’elles étaient trop cachées et parce qu’on peut craindre d’expliciter et d’y perdre quelque chose. Il m’arrive de travailler longtemps à défaire ce que j’ai autrefois gagné.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s