Écriture automatique #1

20180718_195140.jpg

J’avance et seule avance la terre, unique et recommencée
Terre après terre après terre
chemin taillé dans la pierre
Est-il quelque part possible d’arrêter cette longue chute
contrainte par la terre même ?
Vivre ou surnager dans la poussière
Il reste des rivières inexplorées, oui
et des forêts et des champs et des ruines
Les oiseaux plantent leurs chants dans la bruine
Il fait froid contre le sentier
Vol livre dans le noir et l’étrangeté
Le doute m’accompagne comme un poisson-pilote
La mer gagne le dessous des avenues
Il fallait venir alors je suis venu
Incapable de donner une destination
de soutenir la vue des condors
de Borges et de Paz
La toile brune que le monde prend pour voile
verre brisé des grecs de la rue du 6ième
Songeur prisonniers des étoiladaires et du mime
Lustre lactée bêtes curieuses
accoudées aux balcons
Venant pour rire, repartant pour de bon
aux enfers
Suie violine à 19h dans les cafés
où les femmes/hommes discutent des affaires des hommes/femmes
sans se soucier de rien
Corail et nacre des façades étalés à même la joue
Des enfants courent avec du sucre sur les genoux
Pierre fine ou sel taillé en opale
On réduirait l’existence à ce placard de ville
Cathédrale dans le salon
Appartement dans la cuisine
Savon humide et des marais et des bains
On respire on respire on se serre les mains
Peste réaffirmée de la vie citadine
et les voitures grouillent de mauvaise musique et de mauvais tonnerre
On rase les immeubles sans avoir l’air d’aimer
lentement le connu entièrement transformé
en misère

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s