Périphérie

20180719_221234.jpg

et la journée passe et la nuit
et la journée passe et la nuit
et la journée passe et la nuit

cent deux cents quatre cents jours
quatre cents nuits passent

j’habite à la périphérie d’une grande ville
qui sont les choses
et que j’aime

les occasions de les regarder
et de dire leurs noms
passent elles aussi

j’ai compté quatre mois
sans ma bouche
chaque jour attend d’être terminé
par mes lèvres

les corps ne sont pas nus
s’ils ne sont pas pris
au milieu des histoires

le calendrier laisse derrière moi
des heures qui ne furent jamais achevées

du jour à la nuit qui passe je pense à la nuit
où j’écrivais des choses
qui ont été oubliées

parfois je crois que pour moi aussi
le jour et la nuit passent
et je veux m’approcher

peut-être des années seront avant
de perdre la mémoire

et puis la mémoire ne se perd pas
seul l’on peut gagner le regret

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Périphérie

  1. iotop dit :

    Bon jour,
    Les années se comptent sur les degrés des jours sur l’heure de tourner en rond sur la même plage de sable chaque vague efface la pensée du partir …
    Max-Louis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s