Le lecteur

20180718_215319 (2).jpg

Entre la table et la rue était cet espace
que le soleil délave. Un homme, seul, lisait.
La lumière passait en oubliant ses ombres.
Le café avait fui, le papier l’avait bu.
Orageux sommeil des choses qui se renversent.
Je restais longtemps à la fenêtre le voir.
J’étais ainsi délivré d’une grande peine :
celle d’exister si peu et d’être si peu vu.

Quelle densité conviendrait à mon regard
si attacher la couleur à mes yeux m’empêche
ce voir ? Ce que j’observe, je le crois perdu,
ce que je touche immédiatement s’égare.
Des caresses sont données au hasard
pour occuper ses mains.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s