La nuit diminuée

20180718_194804.jpg

Peut-on se trouver là où la nuit diminue ?
Où la nuit insulaire a perdu la matière
qui lui donnait sa nuit ?

Peut-on se tenir là où le jour advenu
nous laisse sur le point nu
des choses sans mémoire ?

La matière peut perdre l’idée
qui lui donnait son bruit.

Des siècles peuvent passer
sans danger des frontières
qui ne furent pas tracées.

Sol, plafond et murs
sont entièrement vidés.
Poussière et lumière attachés
l’un à l’autre, définitivement.

Cet article a été publié dans Délirium, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s