Insomnie #33

20180719_211049 (2).jpg

j’écris comme étranger car à la fin ce n’est qu’une chose unique
pluie venue de la terre, désert fleurit une fois l’an
région autonome que je traverse en rampant pour l’espoir d’un bouquet
puisqu’à la fin est le rire qui vient d’avoir été patient
d’avoir été bien sage d’avoir gagné son pain
j’écris comme caché car c’est mon seul souci d’homme
en moi l’enfant veut jouer à disparaître encore
s’il n’est qu’une seule joie elle est là toute entière
n’être vu de personne ni de moi-même ni des autres
heureux miroir brisé d’exister à l’envers
de n’être ni pour soi ni pour toi mais pour la mer

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s