La veille #5

48908409_2100115853631794_7328415844336140288_n (2).jpg

39.

A la fête, enfant, nous allions dans le noir,
notre peur était là où finissait la haie.

40.

Quelque fois le ciel rose était comme le ciel,
comme le ciel devrait être
quand on le voit comme ciel.

41.

La distance écrasera la voix
de ton père mort.
Tu ne dormiras pas.

42.

Vacant à sa tâche,
la vieille, une à une arrache
les lattes de son nid.

43.

Puisque tu as pour sommeil
la nuque, la peau
de ton amante.
Puisque demain sera vacante
la place laissée en toi.

44.

Plissures accordées des doigts
de la brodeuse
et de l’étoffe tendre.

45.

Voici comme tes bassesses
rejoignent ton attente
et ta tristesse vide.

46.

La rue craquèle son front
entre tes rides immenses
et tu bascules sur moi
comme une morte-née.

47.

Les nébuleuses ne sont, dit-on,
rien que gaz chauffé
jusqu’à l’incandescence.

48.

La lune fait fondre le sens
de tes premières années.

49.

Cratères, terriers pour l’œil
de celui que tu aimerais boire.
Il fait si noir en toi
que la lumière est nue.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s