La veille #11

49848589_10213216623116770_8995098888759148544_n.jpg

99.

A la crête de quelle montagne sommes-nous parvenu
par le long chemin avalé d’orages ?

100.

Gravissant la pente comme des borgnes
attirés par le jour.
pluie, mousson, ferrailles
brisées au sol.

101.

Puis demain ou bientôt
à peine aurons-nous sur notre langue
notre nom de chose pluvieuse,
à peine forme de chose tombée.

102.

Les quais seront clos pour inondations :
des vitres brisées dans les allées de pierre
et un homme dans la gare fera sa prière.
L’aiguille tombée avec lenteur jusqu’au départ :
tout ce que tu as donné sans l’avoir,
tout ce que tu as rendu qui ne t’appartient pas.

103.

Les échafaudages grimpent comme de grands abandons :
Il faut cent ans pour donner un nom
à cette chose étrange.

103.

Tout ce qui reste, tout ce qui change.
Les draps dépliés brassent l’air
comme des papillons.

104.

Ce qu’on sait n’est su qu’à peine,
retiré avec grandes peines
et oublié sitôt.

105.

Voilà l’existence lasse, chose commune,
temps allégée chaque heure un peu plus.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s