L’empilement

51187695_2247106875500940_8119040626843975680_n.jpg

J’ai empilé mes livres comme de petites colonnes. Cela donne : Les élégies fantômes résidentes sur la terre : feu de chaque jour et poésie perdue, enfant brûlé comme un théâtre et son double, libéré sur parole d’une plume, d’un lointain intérieur, d’un roman inachevé. Ou bien : Le génie du non-lieu : l’Ecuador, est chose que nous voyons, qui nous regarde, nuit qui remue la mort venue et qui avait tes yeux, qui va du monde clos à l’univers infini de cette vie dans les plis qui est au versant est de notre intranquillité. Totems à l’entrée du village, pierre entourant le feu sous l’orage, paysages, mondes, s’embrassant à la ronde jusqu’à se confondre et s’amalgamer. Mes livres font un temple dont je vénère les briques. Nuée cliquetante d’insectes, rongeurs de chair, papillons ou papiers, toute la faune discrète et murmurante du langage. J’ai empilé mes livres et en leur centre brûle un feu qui prolonge leurs ombres. Si je m’approche, j’entends que quelqu’un raconte, les mots sont braise chauffée et fuyante. Un mètre au-dessus et c’est déjà la nuit. Nuit étalée que mes livres soutiennent – ainsi que les bornes d’un chemin, autrefois fréquenté, et traversant la plaine. Nuit contenue par la nuit même et qu’on ressent à peine, comme un parfum précieux. Mes livres sont pour la nuit des lanternes étouffées, régulières et lointaines. Photophores pour lesquelles on s’échoue en espérant la côte. Fil électrique qui clignote comme une lente marée.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s