Carnet d’Allemagne #1

52556942_398437460891383_4801114039188979712_n.jpg

Kairserlautern Central – la carte est traversée d’une ligne bleue, on est dans l’Allemagne brusquement remué. Camions, toiture, langue qui s’accroche aux sons, qui va dans ses ronces comme un fuyard irait sans penser aux blessures. Le livre est tâché du café de la veille. Café français. Odeur passée dans les pages et dans la forêt. C’est ainsi le voyage. Tout est insensiblement et brutalement distingué. La plaine a un autre nom et ce n’est rien, et c’est tout différent. C’est que les fantasmes ont des frontières. Ils sont de cette matière impossible des idées. Matière qui donne matière à la matière. Terres rares qui nourrissent la terre. La terre et son noir charbonneux, industrieux et fumant. Des arbres avaient à l’instant une face cendre. Les bouleaux crèvent une écorce suif qui vient tout juste de sortir du feu. Un quart d’heure avant la gare. Le soleil est oblique jusqu’aux collines. Trois policiers parlent derrière la vitre. Dans les champs quelqu’un a tracé des sillons et a trouvé beaucoup de pierre, beaucoup de roches brunes et va pour y faire une mine. Comme l’hiver est ici exactement comme il doit. On s’y voit dans les bois, courir devant le froid comme derrière soi-même. Toujours rattrapé et fouillé et gelé jusqu’à la moelle. Il fait chaud pourtant. Mais c’est une chaleurs continentale qui n’est qu’un froid qui a terminé de rire et qui est une prison. Le ciel est très loin comme une libération. Je me souviens de Strasbourg qui avait quelque fois un ciel semblable. Ciel de fond de puits. Ciel de bras tendu vers le réveil, la poignée, l’aimé, ciel de bras tendu vers une chose que l’on atteint pas. Usines de briques rouges à ma gauche. Des peintures et des lettres frappées, graffées. Gravures urbaines dont on se fait une fausse idée de songes. Un homme annonce l’arrivée à quai comme un os qu’on ronge. Affiches grises où sont les visages. À 12h21 nous seront à Mannheim.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Carnet d’Allemagne #1

  1. Angelilie dit :

    J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s