Le vieux

IMG-20190330-WA0009 (2).jpeg

Il y avait ce vieux

vieux d’avoir mâché son âge comme une feuille de tabac
enfant qui longtemps chercha refuge et qui n’en trouvant pas
enfanta sa vieillesse comme deux mains pour cacher son visage

vieux d’avoir glané sa terre d’avoir gratté son champ
vieux d’être confondu au soulèvement des poussières
ligne lentement courbé de l’horizon ou vol inachevé des lumières

Il y avait ce vieux

crachant sa salive noire sur le sol en nuage
hoquets ployant sa nuque pour le ciel renversé
de cette vieillesse qui va frottant son pied sur le carrelage

enfant qui ne fut l’enfant de personne
orphelin s’ignorant et finalement reconnu
soudain rendu seul comme l’arbre au champ qui peine

Il y avait ce vieux qui devant moi pleurait.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s