Le mécanisme

IMG_20190818_115132_164.jpg

Admire la précision de ma peau d’automate – mécanisme fin qui claque, glisse, gratte comme un manteau d’apparat. En mon ventre, une horloge cliquète sans être remontée. Pistons, ventricules, systèmes ventilés de particules d’oxyde de plomb. Sens-tu cet appareil murmurant son bruit d’ombre – l’outre-tombe ensevelie de rouages que tu appelles d’un nom ? Autrefois, disais-tu, je n’osais rien te faire car – mon œil était serrure bouchée d’une gomme épaisse, verrou encombrée de joie, d’allégresse et de timidité.  Maintenant, je suis bien différent. Mes membres, ma main, mes doigts ont gagnés une rigueur métallique. Mes chutes font un bruit de fonderie. Mes mots brûlent en ce four d’usine – je polis des noyaux d’acier blanc avec une régularité de pendule. Non, je ne suis plus cet être qui se laisser aller, qui recule. Mes organes sont de la matière fossile que l’on peut faire flamber. Je suis devenu le moteur perpétuel. Dispositif impossible à renverser – j’avance, j’écris, je pense encore dans un codage d’enfant, mais, avoue-le, je t’effraie. Tu vois bien comme je peux entièrement avancer dans la terre – mon corps est un outil balistique où implose la misère des sentiments. J’écraserai le monde sous cette paume vide, industrielle, mathématique. Et, je l’écraserai involontairement. Il sera cette scorie d’une science nouvelle. Même la maladie ne me touche plus – je résiste aux tempêtes, aux pestes, à la tristesse amère qui accable l’homme ancien que j’étais. Celui-ci est resté derrière moi, loin, loin à l’entrée d’un tunnel que j’ai creusé avec soin, où je me suis enfoncé. Mes pieds plongent dans une lave venue de loin, un magma charriant les roches que je dévore d’un coup. Je conduis sous cette croute un carnaval d’automates volontaires – tu peux courir loin, ne plus sourire, mourir même, je te renverserai avec le monde. Je suis de cette substance sans peine qui assiège la surface comme un volcan.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s