La patère

20180701_194547-1 (2)

Depuis hier, je pense qu’il me faudrait refiler la laine de ce manteau qui pend, depuis un an, à la patère. J’ai, dans la poitrine, une étoffe qui résiste à la pluie et au froid et où tu es logée. Tu ne le penses pas. Tu ne le penses pas et pourtant je le sais. Si je peux me répéter, je vais le faire. Je vais redire, redire et redire encore. Depuis hier, je crois qu’il me faudrait refiler la laine de ce manteau d’hiver. Ce manteau porté qu’entre novembre et mai.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s