Aveu #1

20180603_121522 (3)

il existe entre toi et moi un pont
que notre chair traverse

peut-être un aveu

que nos cœurs et nos poumons
délaissent en respirant

des lignes qui ne sont pas de métro ou de train
des signes qui ne sont pas des oiseaux blancs

tu ne reposes pas seule et absentée
entre des mains d’adieux

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s