L’Enquête – indice #44

75388076_10215289602579961_7374388405473378304_o (2).jpg

Quand ils crachèrent, j’étais allongé, ivre mort.
Ivre mort, les crachats faisaient étoiles, je riais.
Ils dirent : « pourquoi ris-tu, ivrogne ? »
et je riais encore pendant qu’ils me cognaient.

Quand ils cessèrent, j’étais nu, dans mon sang,
je riais en glougloutant comme une outre crevée.
Ils laissèrent mon corps s’allonger lentement
dans la mort.

Plus tard, les agents vinrent et me laissèrent
sur le fond de ma cuve de ville. Ils riaient encore
quand je pouvais mourir.

Le matin trouva mon visage bleu et m’aima.
Reconnaissant en moi une sorte de frère,
il me porta jusqu’à un lit de pierres
qui n’étaient ni tombales ni gravées.

Je ne sais combien de temps mon sommeil dura.
J’étais fait presque entièrement de rêves
quand plus tard je m’éveillai.

Mes os craquaient et je voulais boire l’alcool
qui éloigne la douleur – « Alors ivrogne, tu bouges »
gueula soudain une brute de la Ligue
que j’égorgeais d’un geste, car mon couteau était
dans ma main comme une épée.

Il bavait encore par la glotte un sang rouge
et moi, encore, je riais.

(Ambrosio S., dit Mendillos, septembre 19**, quatre mois avant sa disparition)

Cet article a été publié dans Poésie, Projet. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s