Les frontières

20180225_195111 (2)
jusqu’où sont repoussées les frontières de l’explicable
de l’inexplicable

les sentiments se sont-ils épuisés, eux aussi, sous la hache des théories

la nuit ne filtre plus derrière les blancs carreaux
tout est net

le carrelage de la salle d’anatomie
lavée à l’eau claire

lavée à l’eau claire l’intérieur de nos os

os de pluie

or nous avançons chaque fois plus en avant dans le mystère
comme si nous en faisions notre peau

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s