Archives mensuelles : janvier 2020

Impressions dans le covoiturage en revenant de Paris

Dans le covoit. .. . . …. Considérant avec rigueur le surgissement de J. dans la chambre, vers 5h44, et le trouble consécutif à ce surgissement, la distance qui me séparait alors de sa joie d’avoir retrouvé son porte cigarette, … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Impressions sur Soulages au Louvre

Avec Soulages, sentiment que le guichet de la couleur est fermé et qu’on peut seulement voir « par-dessus les barrières ». Je me tenais face aux tableaux comme devant des cloisons et je ne pouvais passer. Je n’avais pas le ticket nécessaire … Lire la suite

Publié dans Essais, Prose | Laisser un commentaire

Anaïs Etson – La Particule (1926)

« Ce jour-là nous échangions, comme souvent, au sujet des interactions fortes et, plus précisément, Mademoiselle White me présentait les derniers résultats de ces travaux relatifs à la classification des différents types de hadrons. Je n’avais jamais osé lui avouer ma … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Souleymane Sachir-Diai – La grande stagnation (1992)

« Venir d’on-ne-sait-où, comme ça, aléatoirement, depuis un coin écroulé de rue ou même par le ciel, c’était son grand talent. Il tombait. Souvent, il me disait : « cela, tu ne sais pas le faire » et il apparaissait une seconde plus tard … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Andreas Kroch – Oublier la poudre (1997)

« Notre barraque se trouvait sur le flanc est d’une colline parsemée de pins morts et, vers le sud, dépassant de la plaine couverte de grésil et de pierre, de hauts terrils, pareils à des mines de graphites immenses arrachées à … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Alma Sörenberg – Fjords (1989)

« Je hais la Suède. Je ne connais pas la Suède. Je la hais. Prisonnière de la Suède, je l’ai été toute mon enfance, toute mon adolescence et encore aujourd’hui. Je hais les aurores boréales, les fjords, la mer très froide, … Lire la suite

Publié dans Prose | Laisser un commentaire

Martin Valard – Ployant (2002)

« Je vais désaffecter la mine où j’habitais longtemps avant de te connaître. Les briques y sont rouges, tu sais, parce qu’elles baignent dans le sang. Oui, tu as raison, le sang n’est pas rouge, mais je pense à son idée. … Lire la suite

Publié dans Délirium | Laisser un commentaire