Ton corps #1

20171209_202358

tu es assez seul dans ton miracle pour paraître
pilier isolé dans un large champ de ruine

ricochet unique d’une pierre qui aurait pu en faire mille
instance ramassée de tous les déploiements

présence ramassée d’un sablier immense
qui contiendrait la mer

ta langue est l’écharde qui se plante
dans le bois d’escalier

je vais hanter les lieux
mon domaine est celui d’un pas qui frôle
le cimetière

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s