Viola Hrubin – Pupek (carnet n°2) – Matěj

83886990_10215888025500160_439399167542951936_n

J’ai dit à Matěj que j’allais revenir pour l’embrasser. Il se baigne nu dans l’Elbe.
Nu comme un vers.

Il ne veut pas me croire. Il dit de moi que je suis une menteuse.

Matěj et Bara ne s’aiment pas vraiment. Quand l’épaule touche l’épaule de l’autre,
je sens mon ventre se plier.

Bara est une vipère. Elle arrache les ailes des lucioles. Elle crache sur les poignées. Elle fait tomber du sel pour faire mousser les limaces.

Mais, maintenant, je ne suis plus enfant. Je sens.

Je me cacherai bien dans les buissons de la rivière. Voir les corps et dire
à Matěj que je ne mens jamais.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s