Viola Hrubin – Pupek (carnet n°2) – Le décompte

83909843_10215888026300180_1690102350036860928_n (2)

Je me sens plus vieille que la plus vieille des femmes.
Des évènements se passent sous mes yeux. Je compte

(un pour l’homme qui tombe, deux pour moi qui rit,
un pour Saint-Stéphane qui sonne, deux pour la pluie).

Toutes les situations sont des empilements. Mes rides
attendent déjà, je le sens, sous mes yeux.

Je sais déjà des choses.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s