Viola Hrubin – Pupek (carnet n°2) – Les chats

20181028_161820 (2)

Avec les autres, nous allions sur le chemin de fer ramasser du ballast que nous jetions aux chats.

Nous ne les tuions pas, mais nous les faisions fuir.

Et les chats, bientôt, ne venaient plus.

*

Et ce soir j’ai fumé, pour la première fois.

Sonia riait et s’allongeait dans l’herbe. Ma tête tournait
et je voulais vomir.

Je toussais un peu trop pour être une grande dame.

*

Plus tard, dans la nuit, seule, je grimpais la colline
et je voyais la ville bleuir timidement.

« C’était ici, pensais-je, que nous jetions des pierres. »

J’avais dans ma bouche un goût amer
et je voulais cracher.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s