Érème #1

20170610_202649 (3)

Peu importe ce que je termine : on ne me connait pas de cri
et j’attends pour me lever, soulevé d’un désir que j’ai appelé souvent
et qui hier a frappé.

Ce soir, pour la première fois, je suis « bien décidé à partir » :
mes bagages trainent dans le couloir, l’étagère est rangée.

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s