Le confinement – Jour 10 – Le lointain accroché à la porte

20181014_184401 (2)

le « lointain accroché à la porte »
les odeurs de poubelles
les déchets qui fermentent,
l’érème disposé, pourrissant

la rue très passante qui va vers le Prado
les arbres et les corbeaux qui fientent
sur le sol et les badauds
et le toit des clios

l’abandon organisé
comme on apprend, enfant
à tomber en disposant
son corps comme il le faut

le kebab de l’angle n’ouvre plus
ruine qui ne sent plus la viande
l’eau claire du ruisseau

Cet article a été publié dans Poésie, Projet. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s