L’effraction

37652055_10212148197366794_2143024136211922944_n

Matière désertée – devenant soudain le « chez soi » d’un autre. L’autre face, l’autre joue tendue, distendue, caressée quelque fois. Oui, je pèse chacun de mes pas sur le parquet d’un autre, je suis délicat avec ses objets – bibelots, photographies affichant des visages méconnus – et n’ose pas lire les notes qu’il écrit. Je suis l’intru qui entre dans une chambre sur la pointe des pieds. La pièce – vide – n’est pas inhabitée, mais a été délaissée. Je vis dans la maison d’un voyageur qui reviendra plus tard. Je ne possède que le double des clefs.

Cet article a été publié dans Prose. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s